dans

Un infirmier tue près de 200 personnes parce qu’il « s’ennuyait »


Niels Högel, un infirmier allemand, pourrait avoir entraîné la mort de 180 patients en invoquant le seul motif de l’« ennui ».

Au fil des années, l’infirmier a pris une habitude macabre: pénétrer discrètement dans la chambre des patients malades pour leur inoculer une surdose de … . Actuellement, il est impossible d’établir précisément combien de victime Högel a à son actif. Incarcéré à vie pour 6 meurtres, il en aurait déjà confessé une cinquantaine. Mais le lundi 28 août, des enquêteurs ayant en charge le dossier ont révélé que ces chiffres sont encore bien en dessous de la réalité. 134 inhumations plus tard, il semble que l’infirmier soit à l’origine d’au moins 90 décès. Cette estimation pourrait toutefois n’être qu’une fraction du sombre bilan de Högel.

« Il y en a au moins autant qu’on ne peut pas prouver. […] Ce nombre est exceptionnel, unique, dans l’histoire de la République fédérale. »

Cette vague d’homicide inédite en Allemagne depuis la guerre a été commise par un infirmier dont l’apparence ne laissait rien présager de mauvais. Le « Süddeutsche Zeitung » retrace l’histoire de ce drame. «  C’était un infirmier très dévoué, parfois d’une manière un peu étrange » se souvient un collègue. Un médecin se souvient avoir vu sortir Högel d’une chambre juste avant que son occupant ne face une crise cardiaque. Les cliniques de Delmenhorst et de Oldenbourg font l’objet d’une enquête visant à déterminer les responsabilités de chacun dans ce dysfonctionnement. Car les deux cliniques ont souffert d’un dysfonctionnement manifeste.

_