dans

Le triste sort des animaux mutilés dans les fermes à fourrure dénoncé


Ce sont des images insoutenables que Oikeutta Eläimille (« Justice pour les animaux »), un groupe activiste finlandais, a publié récemment. L’agence fondée en 1995 dénonce, une fois de plus, les conditions dans lesquelles les animaux sont enfermés et les méthodes utilisées pour produire plus de fourrure dans des fermes finlandaises.

Sur ces images, il est difficile de reconnaître le renard bleu, une espèce malheureusement fort appréciée pour sa fourrure. Au printemps 2017, des images montrant les renards en captivités et gavés au point de ne plus savoir bouger furent mis en ligne par le site du groupe finlandais Oikeutta Eläimille. D’après ses membres, les animaux pèseraient 19 kilos contre 3,5 en moyenne pour un animal en bonne santé. Ce régime alimentaire permettant d’atteindre jusqu’à cinq fois le poids recommandé est ensuite suivi par un régime sec pour détendre le pelage et tenter de récupérer un maximum de fourrure. Cette matière est ensuite mis aux enchères.
Suite à cette publication, l’association finlandaise des éleveurs de fourrures aurait contacté le groupe activiste afin de connaître l’emplacement de ces 5 fermes afin d’y envoyer des vétérinaires pour y constater la souffrance endurée par les animaux. Chaque année ce sont plus de 1 milliard d’animaux qui sont tués a travers le monde pour leur fourrure. Certains sont élevés en captivité, d’autres sont piégés dans leur habitat naturel.

_

Les éleveurs concernés sont regroupés sous la marque Saga Furs. C’est dans des ventes aux enchères que les bourreaux liquident leur stock auprès des acheteurs de grands groupes. 83% des clients seraient des marques de prestige comme Louis Vuitton, Gucci ou Michael Kors.

Les renards ne sont pas les seules victimes de ces grandes maisons de luxe; les visons, les lapins, les chinchillas et même les chiens et les chats servent cette industrie meurtrière.

Ces méthodes cruelles mis à jour encourage cependant d’autres griffes à bannir la fourrure animale de leurs confections. The Kooples a pris cette décision en septembre dernier. Espérons que d’autres emboiteront le pas de cette compagnie.

_