dans ,

Les corridas désormais interdites aux îles Baléares


La corrida un « patrimoine culturel immatériel »

Depuis des années, les défenseurs des animaux et les partisans de cette fête n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente. Une partie souhaite la suppression de l’évènement tandis que l’autre y est foncièrement opposé. C’est pour cela que cette loi arrive à point nommé pour servir de compromis aux deux camps. Aussi parce que la corrida est classée « patrimoine culturel immatériel » et fait partie de la culture espagnole. Les parlementaires ont permis d’éviter les sévices infligés au taureau tout en perpétuant la tradition. Ce qui permet aux toreros de continuer à affronter des taureaux dans une arène.

Une baisse des corridas a été notée

Aux dernières législatives espagnoles, le parti contre la maltraitance des animaux a obtenu plus de 286 000 voix contre 45 000 en 2008. Ce regain d’intérêt pour la cause animale a permis une baisse du nombre de corridas qui est passé de 472 en 2012 à 386 en 2018. Cette représentation est donc de moins en moins organisée et de plus en plus réglementée. Ce qui était le vœu des anti-corridas qui voient dans cette nouvelle loi une victoire pour la protection des animaux.