dans ,

Richardson, l’homme qui murmurait à l’oreille des lions


Ses proches, comme ses collègues, le mettent en garde : les lions risquent à tout moment de lui sauter dessus, et ce sont des prédateurs capables de lui arracher la tête d’un seul coup de patte ! Mais Richardson persiste dans son idée et se fond peu à peu dans le groupe de fauves. Cette incroyable immersion commence avec Napoléon, qui a alors 4 ans. Le grand mâle s’est un jour approché de Richardson, venant jusqu’à se coucher non loin de l’homme, avant de bailler paisiblement ! Connaissant parfaitement les habitudes comportementales de ces félins, le zoologue a pris soin de rester immobile. Il sait aussi que les lions sont des animaux « tactiles », qui dorment les uns sur les autres et ont tendance à se coller entre eux. Le zoologue a donc pris le parti de s’allonger aux côtés de Napoléon, passant son bras autours du corps du grand lion.

Cette expérience l’a marqué à jamais, et depuis Kévin n’a eu de cesse que de demeurer au contact des fauves, vivant pratiquement parmi eux, jouant au ballon et se baignant avec ces majestueuses créatures. Un beau jour, le parc a décidé de vendre Tau et Napoléon. C’est à ce moment-là que Kévin a tout fait pour ne plus jamais être séparé de sa famille. Il a commencé par racheter Tau et Napoléon, puis de nombreux autres lions. Dans la foulée, il a monté son propre parc, déterminé à démontrer que l’amitié avec ces félins était possible. Son vœu le plus cher est de parvenir à sensibiliser les hommes à la vie sauvage, en leur montrant que vivre en harmonie avec la nature est chose possible.

Obliger des lions à vivre en captivité pour leur permettre d’être en sécurité dans la nature est source d’un certain dilemme pour Richardson, mais il peine aujourd’hui à savoir comment aider ses chers félins. Les lions en liberté sont en effet menacés par les braconniers, et leur nombre à l’état sauvage ne cesse de diminuer !